Citations de la troupe des restes...

Non-daté

"Oui, c'est la première fois."
Geneviève Kardos au téléphone qui commande chez St-Hubert
Caroline Lemieux: On essaie de trouver des façons pour que tu baisses tes culottes.
Simon (à Geneviève): On va vous enfermer dans la salle de bains, toi pis Jean-Benoit, pour que vous vous mettiez en personnages.
Geneviève: Je pense que tu vas en retrouver un de mort, et ce ne sera pas moi.
Caroline L.: Tu as été conçu à Rimouski?
Antoine: Non, je n'ai pas été conçu là.
Caroline: Alors t'as été ambassade?
Séb: Je me suis réveillé le lendemain matin, il devait être quatre heures de l'après-midi.
Benita: Les barbus, ça ne peut pas mentir
N.D.L.R.: En effet, toute nourriture ingurgitée laisse des traces dans la barbe, rendant peu crédibles les phrases telles: "mais non, ce n'est pas moi qui l'ai mangé, qu'est-ce que tu vas imaginer là?"
Simon: Finis les doigts dans l'oreille, maintenant on fait des fututufus!
Kane (à Benita) : Eh, la tache dans le fond! (C'est parce que j'ai pas mes lunettes!)
Antoine: Si Sébastien a avalé mon stylo, et que mon stylo était dans ma poche, ça veut dire qu'à un moment donné, Sébastien avait la langue dans ma poche.
Chantal: C'est plein de pulpe dans ton jus.
Séb: C'est pas mon jus.
Chantal: Tsé, l'affaire avec du sirop d'érable...
Myriam: La cabane à sucre?
Bernie à Kane à propos de la scène de la page 69: Tu te rends compte, c'est une scène où t'arrives d'abord et où tu viens ensuite.
Kane, à Bernie qui joue David: Antoine, tu viens avec moi, mais on vient pas ensemble.
Jerri (en parlant des Crunchies): C'est tellement bon... tu suces ça jusqu'à ce que t'aies mal à la langue... euh... au palais.
Simon: Pour l'instant, j'aime mieux que vous essayiez n'importe quoi dans le champ.
Séb: C'est ça l'problème, c'est qu'il faut se rhabiller après.
Jean-Benoit: On ne s'enterre plus!
Antoine: J'aime ça, avoir l'air con! Bernie: Imagine que les trous sont remplis.
Caroline T.: Je veux une perruque vert fluo! Simon: Non.
Arnaud: Je me suis dit: "y est pas vite vite, donc y doit faire du sport."
Arnaud: Les bons trous aux bonnes places.
N.D.L.R.: Apparemment, Arnaud parlait ici des silences dans le texte.
Simon: Elle vient te poser une question, pis tu dévies.
David: Je Davey?
Caroline T. (à Simon): Tu te racontes des jokes?
Antoine (à propos du pain dans le four micro-ondes): Dans un premier temps, c'est mou mou; après une minute, c'est dur-dur.
Simon: Tout à l'heure, Jean-Benoit, il s'est éternué.
Kane: J'ai raté aucun concert où je suis allé.
David: T'as vraiment pas d'humour quand tu baises.
Jerri: Qu'est-ce que t'en sais, gros cave?
Simon: Une répète, c'est supposé te vider!
Bernie (au début de l'été, dépité): Non, je ne vais pas encore me laisser pousser quelque chose!
Simon (un manche à balai dans la main): Lâche mon bâton!
Simon: Je viens.
Caroline T.: Donc je suis!
Kane: Je suis démontable.
N.D.L.R.: Dans le sens qu'il a de l'arrogance, mais qu'il peut facilement être démonté.
Robert: J'ai le pouce vert, pas juste le pouce d'ailleurs. Il déteint, le poteau
KY: I like to suck these nuts, man. Yeah, these nuts are pretty good.
Jerri: Moi, quand je suis trop concentrée, j'aime pas ça.
David, italienne chez Simon, section V, très tard: Moi, à cette heure-ci, ça peut sortir mais ça peut plus rentrer.
David, suite à l'utilisation du stylo de Bernie posé entre deux boules de relaxation dans la main de Simon: On sait enfin à quoi ça sert!

09/06/2000

Caroline L.: On va toujours être en guerre, hein?
Simon: Oui!
Arnaud: Heille, Jean-Benoit, il y a un bras derrière toi!
Antoine: Y'en a tellement que je ne sais plus quoi noter!
Chantal: Oh! Laisse faire, Antoine.
Antoine: C'est quoi la différence entre une boîte à lunch et un sac photo?
Simon: Pour Antoine, c'est la même grandeur... Ha! ha! ha!
Antoine: On est obligé de mettre du carreau?
Simon: Oui, on est obligé de mettre carreau.
Caro regarde Simon, un point d'interrogation dans le visage.

21/06/2000

Simon: On a trouvé quelque chose de profond pour David.
Kane: Laisse-moi deviner la couleur: brun.

26/06/2000

Kane: Moi, je vais avoir le cul plein de vert
N.D.L.R.: Apparemment, Kane s'était assis sur du gazon fraîchement coupé.
Simon: À ma connaissance... je ne sais pas.
Kane (qui est en train de fabriquer un masque): Il me reste juste une couche de latex, après je peux l'enlever devant vous.
Benita (en parlant de Nicolas): ...Luc. Jerri (ne comprenant pas de qui Benita parle): Luc? Benita (toujours en parlant Nicolas): Sam! Jerri (comprenant qu'il s'agit de Nicolas): Oh!

29/07/2000 et les deux jours suivants (fin de semaine au chalet)

Bernie, réagissant primitivement à un bagel chaud aux raisins: Wow! J'en veux.
Bernie: Pourquoi tu prends pas un vrai couteau?
David: Parce que c'est tellement amusant!
McCroquette: Elle dort à moitié... qu'est-ce que l'autre moitié fait?
David: Je sais pas commment il est rentré... Et l'autre je sais pas comment il va sortir.
Bernie (étonné): J'ai jamais déjeuné aussi longtemps au chaler avec un seul bagel.
David: Il faut un minimum de bordel pour que ça marche.
Bernie: Allez-vous m'expliquer un jour?
Kane: Non.
Simon: Oui, un jour!
David (en parlant de Benita): Ben oui, tu fais venir des gens.
Jerri: Il était pas censé pleuvoir aujourd'hui: il était supposé faire 20% de pluie...
Kane: Le détermination, ça change bien des choses.
Bernie: C'est déterminant!
Jerri: Je me suis mis du parmesan partout.
Benita: Je parlais de longueurs.
Catherine: Il ne fait pas prendre la vie trop au sérieux. De toute façon, personne ne s'en sort vivant.
Jerri: Ben oui, il faut parler avec des mots.
David: Le sexe... ça me vient.
Robert: On va pas s'étendre là-dessus.
Jerri: Pourquoi on n'y va pas pis on pense là-bas?
Quetch: Heille, Robert, y a pas de rideau, ici! Bernie: Heille, David, la tapisserie, c'est fait avec quel bois?
David: Euh... du pin la plupart du temps.
Bernie: Ah! C'est pour ça qu'on appelle ça du papier-pin!
Martin "Poudrée" à propos de l'agenda d'Antoine: Il faut que les gens comme nous comprennent que les gens comme eux ont besoin de ça.

02/08/2000

David: Je vais remplir la gourde à Benita.

04/08/2000

Jerri: C'est le stress de ma vie, ça, respirer.

09/08/2000

Marie-Maude: C'est bon, mais je pensais que c'était mou.
Chantal (en parlant d'un bâton de canelle): Il faut qu'il soit plus mou pour que je puisse le manger.
Simon (à propos de Bernie): Il fait ça vite dans le noir des fois?
Quetch: Je ne voulais pas vous le dire.
Note de Bernie: Bon, qu'est-ce que vous avez encore dit dans mon dos?
Bernie: C'est dur de tourner sa langue sept fois dans sa bouche...
Quetch: Mais tu peux le faire dans la bouche d'un autre!

25/08/200

Simon, à David qui lui tourne le dos: Penche, que j't'encule.
Simon, à Benita: Je vais te faire un schéma: ça a pas pris de temps, il est jeune, il a 18 ans, il t'aime.
N.D.L.R.: Plus moyen de retrouver ce qu'il y avait de drôle là.

30/08/2000

Benita (à Simon): Es-tu déjà rentré dans sa tête [à Jerri]?
David: C'est le bordel [là-dedans]!
Simon: C'est un détail qui s'applique à tout le monde.
Benita (se frottant les bras): Je me suis appliqué du détail partout!

01/09/2000

Frankol (après avoir fait des bulles): Heille, je vais faire de l'hyperventilation!

14/09/2000

Simon: vous êtes un papillon et vous avez deux besoins: baiser et bouffer.

17/09/2000

Séb (après avoir joué la chaise pendant plusieurs minutes): Une chaise sans cul est une chaise sans âme.

27/09/2000

Bernie (à propos des boules chinoises): Jouer avec des boules ça devient plate, surtout si c'est pas les tiennes.
Bernie (idem): Les boules doivent être toutes dégeulasses, j'ai mis mes empreintes dessus.
Kane: Où ça, y avait une chinoise?
Benita (à Simon): Tes jeux sont dans ma bulle.
Simon: Ça doit pas être le fun, un ananas.
Tous: Ouache!
Bernie: Ben voyons, t'enlèves les feuilles!
Kane: Mais là, tu peux plus le sortir!

01/10/2000

Benita (en parlant d'un fromage de chèvre): Pourquoi c'est tout mou tout le tour?
Bernie (en parlant du fruit du chêne): J'étudie la cinétique du gland. Par terre ça rebondit, mais pas sur les micro-ondes.
Bernie: Je vais aller me brosser les dents et le reste.
Simon: C'est un dix-huit roues qui klaxonne avec ses hautes.
Simon: Je suis professionnel dans l'art de l'exagération.
Kane: Ça veut-tu dire qu'il faut de payer?

07/10/2000

Candy (à David, pour expliquer pourquoi elle ne rit pas de sa blague): C'est parce que tu en fais de meilleures, des fois.
David (à la ronde): Eh! Notez ça quelque part, c'est un compliment!
Quetch (faisant un lapsus, au lieu de dire "cornes"): On parle des queues d'Astro.
Bob: Je l'sais qu'je l'sais pas. J'veux dire... sans savoir...
Candy: On aurait pu sauter Robert.
Jerri: Chez nous, je ne peux pas me passer de beurre de pinottes.
Bernie: Quand j'aurai un Larousse ou un Robert récent sous la main...
Kane (pointant Robert): Ben, t'en as un!

15/10/2000

Jerri (à propos du flash de l'appareil-photo de David): Hein? Ça lève, ces affaires-là?
Jerri: Comment je sais que tu téléphones?
Candy: Ben, tu me regardes!
N.D.L.R.: En fait, Jerri doit téléphoner à Candy. Elle ne la voit donc pas, puisqu'elle n'est pas au même endroit, mais sur scène, elle va la regarder. C'est clair? Non? Ben tant pis, d'abord.

19/10/2000

Benita: Y'a pas juste les fleurs dans la vie... y'a aussi les roches!
McDoug, à Benita à propos de Bernie: Tu l'allumes au boutte.
Le même: Lors du viol, Benita rallonge des trucs.
Bernie: Je prends ta main, je la mets dans tes pantalons, et tu te débrouilles avec tes affaires?
David: Non mais... je la cherchais.
N.D.L.R.: Cette citation a été notée par quelqu'un d'autre, alors le rapport entre les deux phrases reste obscur. 25/10/2000
Simon: On va faire des p'tits bouts d'sex... des p'tits bouts d'sections!
N.D.L.R.: Oui, chaque acte de la pièce a été divisé en sections.

28/10/2000

Benita: Tu me le dis quand le jus est mou. Jerri: Je suis contente de ne pas être le public!

29/10/2000

Jerri (en parlant du party de fin de pièce à venir): C'est clair que j'me roule à terre pis j'bave pis j'fais d'la broue dans les yeux.

01/11/2000

Candy: Moi, j'fais quoi? Simon: Fais-le, j'vais t'dire après!
Candy (à David): Ah! C'est toi qui a fait le film "Queue de béton"!

02/11/2000

David: On passe notre vie à essayer de perdre notre temps de la manière la plus agréable possible.
Simon: Tu t'es fait mal?
Jerri: Oui!
Simon: C'est drôle.


05/11/2000

Simon (à propos des biscuits feuille d'érable): C'est mieux quand c'est dur, mais c'est bon quand c'est mou pareil

 

retour au photos

Intro - Des mots... - La pièce - L'auteur - Edmonton - Remerciements - L'affiche - La musique